Gammes : tonalité et chromatisme

Qu'il s'agisse du déchiffrage et de l'interprétation d'une œuvre classique ou d'une improvisation sur la grille d'un standard jazz, tout musicien doit connaitre la tonalité principale du morceau en question.

Gamme et tonalité

Avant même de regarder si ils sont en présence de suites d'accords du type II V I, les musiciens d'un groupe de jazz doivent savoir quelle est la tonalité principale du morceau dans laquelle ils improviseront le plus souvent.

Trouver la tonalité d'un morceau

Pour simplifier notre propos, nous pouvons dire que la tonalité correspond précisément à une gamme. Lorsque nous sommes, par exemple, dans la tonalité de Fa majeur, nous sommes également dans la gamme de Fa majeur.

Pour trouver cette tonalité ou gamme, il faut regarder l'armure, c'est à dire le nombre de dièse ou de bémol à la clé. "A la clé" signifie au début du morceau, juste à coté de la clé de Sol et de la clé de Fa.

Il est nécessaire de connaître l'ordre des dièses et des bémols. Si il y a un bémol à la clé, ce sera forcément le premier de la liste : Sib. Si il y a deux bémols à la clé, il s'agira toujours des deux premiers de la liste : Sib et Mib, et ainsi de suite. La même règle s'applique pour les dièses.

  • L'ordre des dièses : Fa#, Do#, Sol#, Ré#, La#, Mi#, Si#
  • L'ordre des bémols : Sib, Mib, Lab, Réb, Solb, Dob, Fab

La tonalité majeure

Règle pour trouver la tonalité majeure ou gamme majeure avec des dièses à la clé : nous sommes dans la gamme majeure dont la première note est 1/2 ton au dessus du dernier dièse à la clé.

  • Exemple : 3 dièses à la clé : Fa#, Do#, Sol#
    • 1/2 ton au dessus du Sol# = nous sommes en La majeur

Règle pour trouver la tonalité majeure ou gamme majeure avec des bémols à la clé: nous sommes dans la gamme majeure dont la première note est l'avant dernier bémol à la clé.

  • Exemple : 2 bémols à la clé : Sib, Mib
    • nous sommes en Si bémol majeur.

Deux précisions : un seul bémol à la clé, nous sommes en Fa majeur, aucun dièse ou bémol à la clé, nous sommes en Do majeur.

La tonalité relative mineure

Avec une armure totalement identique est aussi possible d'être dans une tonalité principale mineure. En effet toute tonalité majeure a toujours une tonalité relative mineure, "relative" signifiant ayant les mêmes altérations (bémols ou dièses) à la clé.

Règle pour trouver la tonalité mineure relative: elle se situe toujours 3 demi-tons au dessous de la tonalité majeure.

  • Exemple : 3 bémols à la clé : Sib, Mib, Lab
    • la tonalité majeure est Mib

La tonalité relative mineure (3 demi-tons au dessous) sera donc Do mineur. Les gammes de Mib majeur et de Do mineur auront les mêmes altérations à la clé (Sib, Mib, Lab).
Ce sont les deux sœurs (l'une majeure et l'autre mineure) de la même famille (famille des "trois bémols à la clé").

  • Autre Exemple : 4 dièses à la clé, Fa#, Do#, Sol#, Ré#
    • la tonalité majeure est Mi

La tonalité relative mineure (3 demi-tons au dessous) sera donc Do# mineur. Les gammes de Mi majeur et de Do# mineur auront les mêmes altérations à la clé (Fa#, Do#, Sol#, Ré#). Ce sont les deux sœurs (l'une majeure et l'autre mineure) de la même famille (famille des "trois dièses à la clé").

Déterminer la tonalité majeure ou mineure d'un morceau

La méthode la plus simple pour reconnaître si la tonalité est majeure ou mineure consiste à regarder la note la plus grave du dernier accord du morceau. Cette note de basse est à priori la "tonique" du morceau, donc celle qui indique la tonalité.

Avec 3 bémols à la clé (Sib, Mib, Lab), si la basse du dernier accord est un Do nous sommes à priori en Do mineur. De la même façon, en regardant le premier et surtout le dernier accord du morceau, il est très souvent possible de déterminer si la tonalité est majeure ou mineure.

Si, par exemple, le premier et le dernier accord du thème sont des accords de Mib Majeur la tonalité principale sera certainement Mib Majeur.
Si le premier accord est Mib majeur et que le dernier accord est un Do mineur nous serons certainement dans la tonalité de Do mineur.

Dans le cadre d'une grille de jazz, le dernier accord n'est pas toujours à la dernière mesure. Souvent les accords des deux dernières mesures servent de "renvoi" vers le début de la grille. Dans le jargon jazzistique on appelle cela un "turn around". Il faut dans ce cas regarder l'accord précédant ces deux mesures pour avoir une indication quand à la tonalité principale.

Gamme et chromatisme

Dans l'improvisation, toute gamme est un "réservoir de notes" dont on peut s'échapper.

Il est très important de savoir que l'on peut utiliser des notes étrangères à la gamme ou au mode dans lequel nous nous trouvons. Ces notes étrangères sont situées entre deux notes de n'importe quelle gamme séparées d’un ton : elles sont "chromatiques" (chromatisme = séparé d'un demi-ton).

Une gamme chromatique est donc une suite de notes espacées d'un demi-ton :

  • do, do#, ré, ré#, mi, fa, fa#, sol, sol#, la, la#, si, do
  • Ou bien : do, réb, ré, mib, mi, fa, solb, sol, lab, la, sib, si, do.

Chrôma signifiant couleur en grec ancien, cette gamme comporte toutes les "couleurs" possibles en tout cas pour une gamme occidentale.

Une gamme chromatique propose des notes étrangères à la gamme majeure ou mineur de référence. Ces notes étrangères sont aussi appelées "notes de passage".
Exemple : en do majeur les notes étrangères, ou notes de passage, sont : do# (ou réb), ré# (ou mib), fa# (ou solb), sol# (ou lab), la # (ou sib).

Utiliser le chromatisme

Comme l'appellation « notes de passage » l’indique on ne reste pas longtemps sur une telle note, étrangère à la gamme, pour ne pas créer de dissonance durable et gênante. En la jouant comme une note sur laquelle on ne s'arrête pas, pour aller immédiatement après sur une des notes de la gamme, cela créé une courte tension très utile pour enrichir la phrase musicale.

C'est un principe de "tension" - "résolution", la note étrangère apporte une tension, puis la note faisant partie de la gamme une "détente" ou une "résolution". Plus le style d'improvisation jazz employé est classique moins la fréquence et la durée des notes tendues est importante. Dans le jazz moderne la fréquence et la durée des notes tendues sera beaucoup plus importante.

L'utilisation du chromatisme autrement dit des notes étrangères à la gamme dans laquelle nous sommes est donc tout à fait possible et même très courante. Il est cependant nécessaire de ne pas rester trop longtemps sur de telles notes chromatiques, et de résoudre (terminer) ses phrases musicales par une des notes de la gamme majeure ou mineure.

Les tutoriels